The Beckley Foundation Drug Policy Programme : Principles

PRINCIPES FONDATEURS DU PROGRAMME POLITIQUE DES DROGUES DE LAFONDATION BECKLEY

Le but de ce Programme est de rassembler et de disséminerde l’information et des analyses qui vont dans le sens d’unexamen rationnel des politiques sur les drogues et d’unegestion plus efficace de la consommation fort répandue desubstances psychoactives.

Il est fondé sur les constats et principes suivants :

  • Le système mondial actuel de contrôledes drogues (tel qu’il est inscrit dans les trois Conventionsde l’ONU de 1961, 1971 et 1988) n’atteint pas son principal objectifqui est de réduire significativement le trafic de substancesillicites comme l’héroïne, la cocaïne, la methamphétamineet le cannabis.
  • Les effets pervers de l’implémentation de ce systèmepeuvent engendrer des problèmes sociaux importants.
  • Réduire les risques rencontrés par les nombreuxusagers de drogues (dont les risques d’infectionscomme l’hépatite C ou le VIH/sida) n’est pasune priorité suffisamment élevéedans les politiques et programmes internationaux.
  • Un ensemble grandissant d’évidences montre quellespolitiques et actions sont (ou ne sont pas) efficaces quant à réduirel’usage de drogues et les problèmes de santé etsociaux qui y sont liés, mais ces évidencesne sont pas suffisamment prises en compte dans les discussionssurla politique actuelle laquelle reste dominée pardes considérationsidéologiques.
  • Les dilemmes actuels de la politique internationale desdrogues ne peuvent être résolus que : par une honnêterevue des progrès obtenus jusqu’à présent,par une meilleure compréhension des facteurscomplexes qui créent un usage de drogues aussirépandu, etpar un engagement à mener des politiques plus efficaces.
  • Il est peu problable que l’analyse des options politiquesfutures puisse mener à une politique claire et « correcte »,car ce qui peut être approprié dansun cadre ou une culture donnée peut ne pasl’être ailleurs.
    De plus, il est probable que des changements d’objectifssoient à opérer (entre, par exemple,vouloir réduirel’usage général de drogue ou vouloirréduireles crimes liés aux drogues), changementsqui pourraient êtreperçus différemment selon les pays.
  • La politique future devrait être basée surdes donnéesmesurant les échelles de risques liés à toutesles substances consommées dans notre société.
    Cela devrait entraîner une revue permanentedes étudesscientifiques et sociologiques sur : les risquesbiologiques, la toxicité, la mortalité et la dépendance; la relation entre usage et violence ; la relationau crime ; le coût des services de santé ;l’impactgénéral sur les autres ; et l’impact économiqueglobal que l’usage de chacune des droguespeut avoir sur la société.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *